Le vice-président Kenyan dit que les Congolais ne sont que des danseurs, des sapeurs et jamais des éleveurs. Fatshi lui répond : le chien aboie, un véhicule à 3 roues passe.
Le message est clair : « ce ne sont plus les pantalons jusqu’au nombril, mais des voitures de luxe, monsieur le vice-président du Kenya ». Et pour lui dire que l’époque de Kanda Bongoman est révolue, Koffi Olomide est nommé ambassadeur de la culture.
Pour lui expliquer tout cela pendant longtemps, il lui envoie le frère de sa femme comme ambassadeur de la RDC au Kenya.
Dans la foulée, il envoie un Mulaja comme ambassadeur en Afrique du Sud et un Luboya est nommé secrétaire général à la présidence. Sur 4 personnes nommées, il y a 2 de la tribu et un beau-frère. On omprend dès lors ce que dit l’UDPS : c’est notre pouvoir.

Dans leur pouvoir, ils se battent déjà entre eux. Après l’attaque collective contre Beya, voici Kadima Kazadi contre Nocolas Kazadi. Ça sent la guerre interne dans la famille-tribu. Chacun veut faire les achats des véhicules pour le staff de la CENi. On comprend ici 2 choses :

  1. au-dessus de l’égo tribal, il y a l’égoïsme individuel qui est la suite du premier;
  2. quand on est nouveau à un poste, tout doit être nouveau.
    Surtout que le Président a montré l’exemple en offrant une nouvelle Jeep au tout nouveau Chapelain du Pape. Là, personne ne sait si c’est un Kazadi ou un autre qui a fait l’achat.
    Après ou pendant cette guerre des Kazadi, voici un Mukengeshayi qui se serait physiquement battu contre un Tshimanga dans les bureaux de la présidence. On ne sait encore pourquoi, mais quand un royaume est divisé contre lui-même, tout finit par se savoir et le royaume par tomber très vite.

Le couvre-feu qui luttait contre la Covid est levé partout sauf dans les provinces en état de siège. Ma voisine a vite compris que le Covid restait seulement à Goma et Bunia. Car là-bas les gens continuent à mourir comme des mouches.

Pendant ce temps au Sud-Kivu,
Des personnalités qui ne juraient que par Lukwebo ont quitté le parti pour 3 raisons :

  • le parti s’est désolidarisé de Ngwabije pour ne pas perdre le siège au gouvernorat du Sud-Kivu
  • la Cour constitutionnelle a déclaré inconstitutionnelle la déchéance de Ngwabije, donc le parti s’est mis le doigt dans l’œil jusqu’au coude
  • Ngwabije veut changer de parti politique en lorgnant bizarrement vers les beaux yeux de Mushi Bonane
    Bref, ces gens quittent le parti pour suivre Ngwabije qui n’a pas de parti propre. Personne ne pense que c’est en espoir d’un poste ministériel. Personne. Moi je pense qu’en plus de la confiance, il y a aussi la foi. La foi en la toute puissante machine juridique qui pourtant semble aller à contre-courant contre le vœu de la rue et du parlement provincial ?
    Entre-temps, le réhabilité gouverneur ne sait pas arriver dans sa province. Et c’est moi qui ne comprend pas : s’il ne se reproche de rien, pourquoi c’est si compliqué même de seulement arriver dans la province ?

Et la vie continue.

Hapamedia : L’actualité de proximité à votre portée www.hapamedia.net

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.