Quatre officiers supérieurs des Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) ainsi que des civils impliqués dans le trafic d’armes et munitions de guerre ont été présentés au gouverneur militaire de l’Ituri, le LtGén Johnny LUBOYA N’KASHAMA, entourés des membres du Comité Provincial de Sécurité au cours d’une cérémonie à l’esplanade du Gouvernorat.

Selon le Porte-parole de l’armée en Ituri, le Lt Jules NGENGO TSHIKUDI, il s’agit de trois groupes criminels composés notamment, pour le premier groupe d’officiers supérieurs des FARDC, 4 sur 7 officiers incriminés dont 3 en cavale et 1 soldat de rang, parmi les 4 officiers arrêtés, 3 femmes avec comme pièce maîtresse, Madame Solange MAKUSI, tous impliqués dans le trafic d’armes et munitions de guerre destinées au ravitaillement des groupes armés entre autres la milice CODECO dont le marché se passait dans 3 localités du territoire de Djugu, Nizi, Bambu et Kobu, fiefs de cette milice.

Tandis que pour le deuxième groupe présenté, ce sont les 5 arnaqueurs détenus à la prison centrale de Bunia utilisant les profils de l’Autorité Provinciale ou de ses collaborateurs aux fins de se faire remettre de l’argent auprès des leurs victimes au nom de ces derniers à partir de leurs comptes Facebook ou Twitter.

La troisième catégorie de personnes arrêtées, il s’agit d’un taximan-moto, pour avoir assuré le transport de ces armes et munitions vers leurs utilisateurs finaux à savoir les miliciens qui insécurisent la population.

Outre le taximan-moto qui assurait le transport des munitions, la voiture de marque CORONA couleur grise, plaque N°5255AB/07 qui passait inaperçue, à l’abri de tout soupçon, car appartenant à un officier supérieur des FARDC était utilisée à cette fin.

Tous ces auteurs impliqués dans le trafic d’armes et munitions de guerre ont été appréhendés à la suite de l’arrestation samedi 26 mars 2022 de Mme Solange MAKUSI par les éléments de 312 Rgt commis à la barrière de contrôle sur le pont de la rivière Nizi.

Lors de son interpellation par les services de renseignement, en montant la filière pour démanteler le réseau, on est abouti à dénicher les fournisseurs potentiels qui sont les 7 officiers supérieurs des FARDC, dont 3 seraient en cavale, activement recherchés par les services de défense et sécurité.

Face à ces groupes impliqués dans le trafic et le ravitaillement en armes et munitions de guerre aux groupes armés, le gouverneur militaire de l’Ituri, le Lt général Johnny LUBOYA N’KASHAMA a encore réitéré son message à la population en ces termes : » le mal de l’Ituri, c’est nous les Ituriens et non l’Armée qui tue, mais les Ituriens eux-mêmes. Tous les officiers qui font du mal, nous les exposons au public et dans les communautés on ne doit pas avoir des milices d’autodéfense parce que ce sont elles qui tuent.

Le jour où vous arrêterez les tueries, ce sera la fin de l’Etat de siège, et nous partirons pour laisser à l’administration civile de continuer, au contraire, si les tueries perdurent, nous ne partirons pas »,
a-t-il martelé avant de remercier les services de défense et sécurité pour le travail abattu avec professionnalisme.

Lors de son arrestation par les éléments de l’Armée, la dame trafiquante des munitions de guerre, a été trouvée avec plus de 700 munitions qu’elle transportait en vue de les ravitailler aux miliciens de la CODECO, rapporte-t-on. A la rédaction de hapamedia.net

Auteur

Hapamedia : L’actualité de proximité à votre portée www.hapamedia.net

By Jean BENGANA

+243816669900

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.