Le jeudi 07 Avril 2022 dans la petite soirée, une explosion a retentit dans une buvette très populaire en plein camp militaire de Katindo dans la ville de Goma. Alors que l’inquiétude majeure de la population était orientée vers l’incursion du M23 a remis le compteur à zéro pour les agences de sécurités. Qui est l’auteur et à qui profite cette attentat.

Cible et bilan

Le camp Katindo est une installation militaire qui a vécu son temps et n’a plus rien d’un camp militaire en dehors de quelques militaires qui y résident. L’endroit est entouré d’habitations civiles et les buvettes y prolifèrent.

L’explosion a eu lieu dans une buvette tenue par un Lieutenant-colonel des FARDC répondant au nom de Charles dit « Viva » et son épouse Nadine qui font parti des morts.

L’explosion a causée la mort du Colonel Viva, son épouse Nadine, un capitaine des FARDC et 3 autres patrons. On dénombre 2 blessés graves et 6 autres blessés légers d’après le gouvernement militaire du Nord-Kivu.

Modernisation ou délocalisation

Au mois de décembre 2020, Aimé Ngoy Mukena alors ministre de La Défense avait suggéré la délocalisation du camp à des dizaines de kilomètres vers Sake où serait érigé un nouveau camp avec 250 bâtiments pour 750 ménages du personnel militaire.

La décision allait à l’encontre de la proposition du chef d’état major, Célestin Mbala Musense qui suggérait la modernisation du dit camp.

Refuge pour criminels

Le camp Katindo a plusieurs fois était cité comme refuge pour les criminels de renom dans la ville de Goma et ses environs. La population en quête d’habitation de location moins coûteux y a élu domicile.

Délocalisation aux fins commerciaux

À l’avènement du gouvernement Jean Michel Sama Lukonde après la déchéance d’Ilunga Ilunkamba, tout était remis en jeux. C’est à ce moment précis qu’entre en jeux un opérateur originaire du Nord-Kivu.

L’enquête par la Rédaction d’Hapamedia nous amène à l’immeuble du gouvernement à l’Agence Nationale pour l’Aménagement du Territoire, ANAT, sous tutelle du ministère de l’Urbanisme et Habitat. L’ANAT qui a pour mission l’aménagement et l’urbanisation des villes existantes et à venir est en phase d’études de l’actuelle projet de délocalisation du camp Katindo.

50 hectares et 10 millions de dollars américains

L’opérateur économique dont nous taisons le nom et celui de son entreprise pour raison de conformité a su convaincre le gouvernement Sama Lukonde pour la délocalisation.

L’homme d’affaires disponibilise 50 hectares de terre dans le territoire de Rutshuru pour érection d’habitations pour 700 familles et bâtiments administratifs et 10 millions de dollars américains pour financement du projet.

En contrepartie, l’opérateur économique voudrait posséder la parcelle de terre du camp Katindo à Goma pour développement d’habitations commerciales et et de la communication .

Hapamedia apprend que le projet est à un stage avancé et que 5 ministères ont déjà donnés leurs avales. Notamment, La Défense, l’Environnement, l’habitat et consort.

La lourdeur des securocrates

Des nombreuses sources sécuritaires nous intiment que la hiérarchie militaire traînent les pas pour des raisons techniques propres à eux-mêmes.

L’état-major des forces armées de la république démocratique du Congo veut jouer un rôle primordial dans le choix du site et les détails y afférents alors que les bureaucrates du gouvernement ne voient que les réalisations liées à leurs contrats de performances et que l’homme d’affaires ne vise que ses gains.

À qui profite l’attentat?

Le lendemain de l’explosion, le gouverneur militaire du Nord-Kivu, le Lieutenant-général Constant Ndima Kongba a demandé à la population de rester calme et éviter de spéculer en attendant la conclusion d’enquêtes.

Le mouvement rebelle M23 accusé par le FARDC d’avoir abattu un hélicoptère de l’ONU a une raison de ne pas commettre un attentat vu aussi sa prouesse sur le champ des batailles.

L’ADF mis en déroute par la mutualisation des forces congolaises et ougandaises a du mal à se ressembler et aurait choisi un site significatif qu’une buvette dans un camp presque désaffecté.

La question à un million des dollars est « À qui profite cette attentat » ?

Auteur/Autrice

By Jerry Nguwa

Journaliste|PhD Communication | +243816669900

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.