La taxe RAM reconnue par toutes les structures et la population congolaise comme une escroquerie organisée, a eu un autre corrolaire. Si la FEC dénonce de nouvelles impositions, l’ARTPC joue au saint Pilate.

Une correspondance de la FEC dévoilée à la presse le 01 juin parle des impositions nouvellement créées qui obligent les opérateurs de téléphonie d’augmenter les frais de communication. Cette structure craint que le pouvoir d’achat de la population déjà très faible ne puisse créer des frustrations. La réplique de l’ARTPC n’a pas tardé. Elle réfute cette thèse et menace la FEC.

La population est confuse. Qui dit vrai entre ces deux structures ? Ce qui est vrai depuis le 31 mai les abonnés constatent effectivement des modifications à l’achat des data et crédits.

Auteur/Autrice

By Pierre Kahambwa

Chef de Bureau infos | +243816669900

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.