« Vous qui n’êtes pas nés de père et de mère congolais, faites le commerce si vous le voulez. Mais ne vous mêlez pas de politique, c’est la prérogative des vrais congolais ».

C’est en quelque sorte l’idée qui ressort de la proposition de loi de monsieur Noel Tshiani. Certes, le compatriote use de son droit à la liberté d’expression mais nous devons nous interroger sur le bien-fondé ou l’opportunité de cette initiative.

Je me demande:

  • l’article 7 de la loi du 12 novembre 2004 qui dispose que  » a la nationalité congolaise d’origine l’enfant dont l’un des parents (le père ou la mère) est congolais » est-il insuffisant ?
    -Être né de père et de mère congolais est-il un gage d’amour ou de dévouement pour le pays ?

Le Congo est ce qu’il est aujourd’hui à cause de ces personnalités nées congolaises de père et de mère et qui ont occupé des hautes fonctions depuis 1960. Ce sont des congolais de père et de mère qui avaient fait assassiner Patrice Lumumba en 1961. Le bradage des richesses du pays, les détournements, la corruption hier et aujourd’hui se font par les congolais nés de père et de mère.

La vie et le parcours de Monsieur Jeannot Bemba Saolona ainsi que les traces indélébiles qu’il a laissées dans l’arène socio-politique voire économique sont la preuve qu’il ne suffit pas d’être né de père et de mère congolais pour bien faire.

Ken le Sankariste

Les propos émis dans cette tribune ne sont pas nécessairement ceux de Hapamedia.

By Kenny Ekola Mboyo

Auteur indépendant

Laisser un commentaire