Les attaques récurentes des Adf dans le territoire de Mambasa font fuir les cultivateurs ainsi que les opérateurs économiques. Depuis Juillet les prix prennent de l’ascenseur.

Au 9 août, la population de Mambasa fait un constat de la multiplication par trois ou par quatre des prix des aliments de première nécessité.

Ainsi une botte de feuilles de manioc passe de 500 francs à 2000 francs. Et un régime de bananes de 5000 à 15000 francs. Il en est de même des autres aliments.

La société civile exige des opérations urgentes sur ces terroristes qui s’approchent dangereusement du chef lieu de Mambasa. Ils n’opèreraient qu’à une vingtaine de Kilomètres de Mambasa-Centre.

By Pierre Kahambwa

Journaliste | pkahambwa[@]hapamedia.net| +243815614622

Laisser un commentaire