Depuis la reprise des cours, l’école primaire Mukuandianka située dans le secteur de Lova Luanga Tshimu à environ 35 km de la commune rurale de Kamonia n’a pas encore ouvert ses portes. A la base, un conflit tribalo-ethnique qui s’est éclaté entre les parents d’élèves et les enseignants de cette école primaire publique.

Selon quelques sources qui nous ont ce vendredi 15 septembre livrées cette information, les parents d’élèves de l’EP Mukuandianka exigent le départ sans condition du directeur et de tous les enseignants car, notent nos sources, ils viennent de différents coins et parlent différentes langues. Pour ces parents d’élèves, seuls les autochtones peuvent prester dans cette école, apprend-on !

“Nous sommes chassés par les parents d’élèves de l’école primaire Mukuandianka parce que nous ne sommes pas originaires du coin. Ils veulent que les enfants soient enseignés par les autochtones et non par les venants. Le chef d’établissement et nous, sommes depuis sans fonction. Nous sommes allés nous réfugier à Kamako. Nous sollicitons l’implication de nos autorités éducatives quand à ce” a dévoilé à notre rédaction l’une des victimes

Joint au téléphone, Luc Lukembo, sous-proved de l’EPST Kamonia confirme l’information.

Je connais la situation. J’ai déjà délégué une équipe sur place pour s’enquérir du dossier afin de me fournir de bonnes informations à transmettre à ma hiérarchie pour des solutions idoines” réagi-t-il

Il sied de signaler que les élèves de cet établissement scolaire sont abandonnés à leur triste sort et l’école reste fermée jusqu’à ces jours, deux semaines après le début effective de la rentrée scolaire.

Laisser un commentaire